Blog

À lire aussi

PERFORMANCE INDUSTRIELLE

03/01/2020

Séchage-des-grains-400x251.png

Séchage des grains : plus d’informations, moins de consommation

Et si la réduction des coûts de séchage passait par une meilleure communication entre les services de la coopérative et plus de transversalité ?

Communiquer au chef de silo quelques informations, même partielles, sur les durées de stockage prévisionnelles des lots de maïs ainsi que sur leurs débouchés potentiels permet d’optimiser les frais de séchage.

Le séchage est souvent le premier poste de consommation énergétique des coopératives céréalières, en particulier si le maïs représente une part significative de la collecte. Même si les volumes séchés sont plutôt en baisse ces derniers années, toute action visant à optimiser cette opération a un fort impact sur la facture énergétique. Et bonne nouvelle : plusieurs leviers d’action ne nécessitent pas d’investissements !

Une bonne organisation

Un séchage efficace passe avant tout par une bonne organisation. On le sait, il est préférable de sécher des grains au plus prés de la récolte et de les nettoyer au préalable pour éviter de sécher inutilement des impuretés gorgées d’eau. Par ailleurs, en dehors des pics de récolte, mieux vaut faire fonctionner le séchoir aux heures chaudes de la journée... Rappelons-le, chaque degré supplémentaire de l’air extérieur permet environ 1% de consommation en moins !

Jusqu’ici, les mesures évoquées relèvent en grande partie des responsables du silo sécheur. Mais pour aller plus loin, ils devront disposer d’informations en provenance du service commercial de la coopérative agricole.

Quelle durée de stockage sur le site ?

L’objectif du séchage est d’atteindre le taux d’humidité exigé par la norme. Mais le dernier point d’humidité est le plus difficile à gagner.

L’eau à évaporer est alors plus liée au grain. Or il est souvent possible de finaliser le séchage du grain lors de la ventilation dans les silos de stockage. En effet, même si son objectif principal est de refroidir le grain, la ventilation a un effet complémentaire séchant. Le dernier point d’humidité peut ainsi être gagné lors de cette opération.

Pour le maïs, il est alors pertinent de stocker des grains à 16 % d’humidité en sachant qu’au cours de la ventilation il finira son séchage pour atteindre les 15 % exigés par la norme. D’une part, on réduit la consommation d’énergie au séchage, et d’autre part, on évite de commercialiser du maïs à 14 % d’humidité après ventilation, une surqualité non valorisée et qui génère de la freinte.

Mais le séchage du grain ne peut être finalisé au stockage qu’à deux conditions : 

  • disposer d’une bonne installation de ventilation bien sûr
  • et surtout avoir la certitude que le grain sera stocké au moins un à deux mois avant d’être expédié.

Or les équipes du silo disposent rarement de cette information qui pourrait pourtant permettre de sérieuses économies.

« Il est impossible de connaître la date d’expédition de l’ensemble des volumes séchés mais il est souvent possible de connaître le volume minimum stocké suffisamment longtemps. Pour la plupart des silos, il est improbable que 100 % des volumes soient expédiés dans le mois qui suit la collecte, ne serait-ce que pour des limites logistiques », analyse David Salardaine, consultant énergie pour Solutions+.

Quel débouché ?

Le débouché est une autre information qui permettrait d’optimiser le séchage.

Selon la destination des grains, la température de séchage maximale n’est pas la même. Par exemple, le maïs pour l’alimentation du bétail peut être séché jusqu’à 120 à 130°C selon son humidité initiale tandis que le maïs destiné au gavage doit être séché entre 80 et 100°C. Sans information sur le débouché, les agents de silos sécheront donc l’ensemble du grain à une température plus douce pour éviter les problèmes de qualité sur les débouchés les plus exigeants. Or, plus la température est élevée, plus le séchoir est efficace énergétiquement. La consommation par litre d’eau évacuée est 5 à 7 % plus élevée pour une température de séchage à 80°C par rapport à 130°C.

« Là encore, le débouché ne peut être connu pour l’ensemble des volumes mais une première segmentation (au séchage puis au stockage) basée sur une fourchette haute et basse permettrait de faire des économies pour une partie des volumes. Il est souvent possible par exemple de savoir qu’il n’y aura pas plus de 50 % des volumes destinés aux débouchés les plus exigeants », remarque David Salardaine.

Ces optimisations passent donc par un peu plus de communication de la part du service commercial mais l’enjeu économique et environnemental mérite cette transversalité.

>> Vous souhaitez être conseillé(e) sur l’optimisation du séchage des grains dans votre coopérative agricole ? Contactez David SALARDAINE : david.salardaine@solutionsplus.coop

>> Vous souhaitez être formé(e) au séchage des grains en coopérative agricole ? Contactez Julie LECOCQ : jlecocq@solutionsplus.coop

À lire aussi

Nouvelle Offre Climat : contribuer à accélérer la stratégie « climat » des coopératives agricoles

L'agriculture occupe un rôle central dans la transition vers un avenir durable. Et parmi les enjeux prioritaires, la préoccupation majeure des émissions de carbone pousse les acteurs du secteur à repenser leurs pratiques. C'est dans ce contexte que nous avons rencontré Florent Varin, Directeur de LCA // Solutions +, pour évoquer le lancement d’une nouvelle offre spécifiquement conçue pour répondre aux défis climatiques des coopératives agricoles. Offre Climat : lumière sur un catalyseur de transition.

Zoom sur – Avec OptiElec, nous avons économisé 8700 euros sur 7 silos en seulement 2 mois

Sébastien Beauvallet et Vincent Roudet sont respectivement Directeur du Service Céréales et Chef de Projet Investissements au sein de l’Union Agricole des Pays de la Loire (UAPL). Depuis janvier 2023, ils participent activement au déploiement d’OptiElec et d’OptiVentil au sein de leur coopérative. L’objectif ? Répondre de façon efficace et durable à leurs enjeux d’optimisation de consommation énergétique. Ils ont accepté de partager avec nous leurs premiers retours sur l’impact de ces deux solutions.

Rencontre - Thierry SUZAN, Consultant Formateur Métiers du Grain chez LCA // Solutions +

Il a rejoint les équipes LCA // Solutions + en avril 2022. Rencontre avec Thierry Suzan, Consultant Formateur Métiers du Grain, qui a accepté de revenir, le temps d’un entretien en toute authenticité, sur son parcours, ses missions et les défis qu’il souhaite relever.

Zoom sur – OptiElec : « Des démarches simples à mettre en œuvre qui nous ont fait économiser pas moins 10 000€ »

Loïck Tillaud est Coordinateur Industriel et HSE chez Terre Atlantique. Depuis fin 2022, il participe au déploiement d’OptiElec sur 25 des 43 sites de sa coopérative. Il a accepté de partager avec nous ses premiers retours sur cette solution dédiée à l’optimisation de la consommation électrique des coopératives agricoles.